Pages
Adsense

Euroligue : Ekaterinbourg retrouve le chemin de la finale

Share Button

Maya MOORE a largement contribué à la victoire de son équipe © FIBA

 

 

D. Koursk Ekaterinbourg 77-84

Sous l’impulsion d’une Maya MOORE (28 points, 6 rebonds) au four et au moulin, c’est Ekaterinbourg qui est le mieux rentré dans la partie (6-70, 5′). Nnemkadi OGWUMIKE (13 points, 6 rebonds) et ses partenaires du Dynamo Koursk, sans Epiphany PRINCE mais avec Anna CRUZ (2 points, 6 passes décisives) se sont montrées plus agressives pour revenir au coude à coude quelques instants plus tard (10-10, 6′). S’en est suivi un mano a mano sans concession au cours duquel Sonja PETROVIC (18 points, 3 rebonds) parvenait à répondre à Britney GRINER (16-16, 7′). Car même quand son équipe manquait la cible, Helena CIAK (6 points, 11 rebonds) tirait parti de son mètre 97 pour capter des rebonds offensifs qui donnaient des deuxièmes chances aux filles de Lucas MONDELO. Pour autant, c’est Ekaterinbourg qui menait les débats d’une courte tête après 10 minutes de jeu (21-23, 10′).

Même si les protégées de Miguel MENDEZ restaient légèrement en tête, le Dynamo n’a jamais perdu pied à l’entame du deuxième quart (27-28, 13′) par Angel Mc COUGHTRY (26 points, 6 rebonds) notamment. L’ailière US a d’ailleurs contribué à refaire passer ses troupes devant au score (32-30, 14′). Car dans le même temps, “Mister” MONDELO (en espagnol, un coach s’appelle Mister, prononcé avec l’accent ibérique) demandait à ses filles de mettre plus d’agressivité défensive et ça a payé. C’est ce moment qu’a choisi Ekaterinbourg pour provoquer des fautes et essayer de revenir dans le coup (34-32, 16′). Mais histoire de se redonner un peu d’entrain, Nnemkadi OGWUMUKE inscrivait son premier panier extérieur, imitée par sa compatriote Angel McCOUGHTRY pour compter 9 points d’avance à 2 minutes de la fin de la première mi-temps (41-32, 18′). En face, Maya MOORE a su éteindre l’incendie, suivie de Brittney GRINER (19 points, 7 rebonds) pour revenir à -4 (41-37, 19′). Et dans un dernier élan, Ekaterinbourg revenait à -1 juste avant de regagner les vestiaires (43-42, 20′).

Il n’a fallu que quelques secondes à Ekaterinbourg pour reprendre la main mais encore une fois, Angel McCOUGHTRY était là pour répondre. Du moins, c’est ce que pensait le staff du Dynamo Koursk jusqu’à ce que l’Espagnole d’Ekaterinbourg, Alba TORRENS (3 points, 6 rebonds), ne remette les siennes sur de bons rails et surtout sur une dynamique positive, bien suivie par Kristi TOLIVER (15 points, 8 rebonds), obligeant Lucas MONDELO à prendre un temps mort (47-55, 24′). Son coaching ne s’est cependant pas avéré payant puisqu’au contraire, Brittney GRINER permettait à Ekaterinbourg de franchir la barre des 10 points d’avance pour la première fois depuis le début de cette rencontre (51-61, 27′). Le Dynamo Koursk ne voulait pas abdiquer mais à l’image de la faute commise par Sonja PETROVIC ainsi qu’un coup de pied donné dans les publicités autour du parquet, ce qui lui a valu de prendre une faute technique, le champion d’Europe en titre prenait un coup derrière la tête. A la fin du troisième quart, Emma MEESSEMAN (19 points, 8 rebonds) et Ekaterinbourg conservaient un beau matelas d’avance mais n’avaient surtout pas intérêt à se reposer sur leurs lauriers (59-69, 30′).

Les choses n’allaient pas s’arranger pour le Dynamo Koursk au début du dernier quart puisque Lucas MONDELO écopait d’une faute technique pour protestation. Mais heureusement pour son équipe, Maya MOORE ne se loupait pas sur la ligne des lancers, contrairement à Emma MEESSEMAN dans la raquette (61-70, 32′). Un moindre mal donc. Mais tandis que Natalia ZHEDIK (8 points dont 2/3 à 3 points) equillait à 3 points, Kristi TOLIVER lui répondait comme le berger à la bergère (64-73, 33′). Plutôt calme habituellement, Emma MEESSEMAN se voyait prendre une faute antisportive qui permettait à Nnemkadi OGWUMIKE de continuer à y croire jusqu’à ce que Maya MOORE, encore et toujours, n’enflamme la Novomatic Arèna de Sopron (67-76, 35′). A moins de 4 minutes de la fin, il n’avait pourtant que 2 possessions d’écart entre les deux écuries. Les joueuses d’Ekaterinbourg le savaient et ne baissaient pas la garde (72-82, 38′).. A ce moment du match, la messe semblait dite, d’autant que le Dynamo Koursk manquait d’adresse au plus mauvais moment jusqu’à ce qu’Angel McCOUGHTRY ne sonne la révolte pour revenir à -5 mais le mal était fait. C’est donc assez logiquement qu’Ekaterinbourg s’imposait pour décrocher son billet vers la finale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense