Pages
Adsense

Agathe DEGORCES (Colomiers) : “J’ai vu un super groupe et c’est ça qui m’a donné envie de rejouer”

Share Button

Agathe DEGORCES revient aux affaires © Jérôme LE BRIS

 

Il y a quelques semaines, le club de Colomiers créait la surprise en annonçant le retour d’Agathe DEGORCES à la compétition après avoir passé un an loin des parquets. La jeune meneuse nous explique ce qu’elle a fait entre temps et les conditions de son revirement de situation.

 

Il y a un an, tu mettais le basketball de côté. Qu’as-tu fait pendant ce temps ?

Je suis repartie au Pérou. J’y étais déjà allée pour effectuer un stage à la fin de mes études et l’année dernière, j’ai eu l’opportunité d’y retourner afin d’y travailler en tant que graphiste et aussi parce qu’avec une amie (Alexia DI STEPHANO) nous avions pour projet de créer une marque créative de textile responsable : Perpet’. Jusqu’à janvier dernier, j’étais donc à Lima. J’occupais mon temps entre travail, faire évoluer le projet Perpet’, manger (leurs sushi sont exxxxxxcellents) et les voyages. Autant allier l’utile à l’agréable quand même ! De retour en France depuis janvier dernier, j’ai décidé de prendre un statut d’auto-entrepreneuse afin de pouvoir travailler en tant que graphiste freelance. J’ai également profité de mon retour et de mon temps libre pour profiter un peu plus de ma famille !

 

Qu’est-ce que cette pause t’a appris sur toi-même ?

C’est une question difficile… Je pense que la chose la plus importante que j’ai apprise sur moi, c’est que je ne peux vraiment pas vivre isolée, j’ai besoin des autres, de mes amis, de ma famille, j’aime l’idée de faire partie d’un groupe solidaire avec qui l’on partage des moments, des projets, des idées, des doutes, des émotions… Avec le basket j’ai toujours vécu en “meute” et j’avoue que c’est quelque chose qui m’a pesé au Pérou à certains moments. J’ai rencontré de super personnes là-bas mais rien de comparable avec ce que j’ai pu créer ici en France. Mais c’est une bonne chose de vivre ce genre de moments, je me connais mieux et je sais d’avantage ce que je veux ou ne veux pas maintenant !

 

Souvent, après un certain nombre d’années de carrière ou même en cours de saison, les joueuses se découragent et se posent même la question de faire une pause comme toi. Quels conseils leurs donnerais-tu ?

FONCEZZZZZZ !!! Honnêtement, ça a été un grand bol d’air à chaque fois. Si c’était à refaire, je n’hésiterais même pas ! Cela permet de rencontrer des gens d’autres milieux qui ont un autre discours et de relativiser la pratique du basket de haut niveau. Le plus dur c’est de se dire qu’on est capable de faire autre chose. Pour des joueuses qui n’ont aucune formation à côté, c’est vrai que ça peut être compliqué et faire peur. Le seul conseil que je donnerais, même si c’est un peu bateau, c’est de toujours essayer de construire un projet en parallèle du basket (études, formations, projets associatifs, projets personnels…). Comme ça, si un jour le “blues” du basket pointe son nez, il existe une porte de sortie plus facile à prendre. Et rien n’est irréversible de toute façon, on peut toujours retourner sur les parquets.

 

Visiblement, le ballon orange te manquait. Qu’est-ce qui t’a convaincu de retrouver le chemin des parquets la saison prochaine ?

Mes potes !!! C’était pas gagné en janvier, je ne pensais pas vraiment à reprendre le basket, je voulais reprendre le sport qui me manquait mais pas nécessairement le basket. Forcément, en revenant sur Toulouse j’ai revu mes amis qui sont majoritairement issus du monde du basket. J’ai revu Lola DE ANGELIS avec qui j’ai joué pas mal de temps au TMB, qui joue à Colomiers aujourd’hui  et qui m’a “subtilement” soumis l’idée de remettre les baskets. Je suis donc allée traîner à la salle plusieurs fois et là, j’ai revu d’autres connaissances : Lou MATALY, Inesa VISGAUDAITE avec qui j’ai joué au TMB également, Martine BARBA en équipe de France jeunes… Je me suis vraiment sentie bien, le feeling est super bien passé, j’ai vu un super groupe et c’est ça qui m’a donné envie, c’est aussi simple que ça ! J’ai hâte que ça commence maintenant.

 

Est-ce que cette coupure d’un an était totale ou tu as quand même continué à t’entraîner ?

Je sais pas trop si c’est bien que je réponde à cette question (rires). Oui la coupure a été brutale et totale !! On va dire que je n’étais pas entouré de sportifs au Pérou et pour être honnête j’étais bien trop feignasse pour aller courir toute seule ! Heureusement, j’ai repris l’entraînement depuis deux mois déjà pour être prête en août pour la préparation physique. Je me sens de mieux en mieux physiquement et techniquement entraînements après entraînements.

 

Qu’est-ce que tu penses pouvoir apporter à l’équipe de Colomiers ?

Humainement, j’espère faire vivre le groupe, amener de la cohésion, de la communication et mon enthousiasme. Sportivement je vais essayer d’amener de l’agressivité, que cela soit en attaque dans la percussion ou tout simplement en défendant fort. De plus, cette année Fleur (AFONSO, ndlr) jouait énormément à chaque match et finissait sur les rotules parfois, à deux meneuses ça sera plus facile et sur toute une saison ça peut faire la différence !

 

Merci Agathe pour ta disponibilité, bonnes vacances puis bonne saison à Colomiers !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense