Pages
Adsense

La France vient à bout du Sénégal dans la douleur

Helena CIAK et les Bleues ont joué avec le feu face au Sénégal © FIBA

 

France Sénégal 67-54

 

Match très particulier à plusieurs égards à Antibes puisque plusieurs Sénégalaises disposent de la double nationalité. Mais l’heure n’était pas aux sentiments pour les Tricolores ni pour les Lionnes de la Teranga et c’est Sandrine GRUDA (8 points, 7 rebonds) qui a ouvert la marque en inscrivant un premier lancer franc après moins d’une minute de jeu suivi par un floater de Marine JOHANNES (6 points, 1 rebond) (3-0, 1′). A l’expérience, le trio formé par Bintou MARIZY (5 points, 8 passes décisives), Mame-Marie SY-DIOP (8 points, 7 rebonds) et Astou TRAORE (17 points, 3 rebonds) permettait au Sénégal de revenir dans le coup (3-5, 3′). En face, les Françaises avaient du mal à trouver la cible alors que les vices-championnes d’Afrique en titre jouaient sans complexe (3-10, 5′). Après un premier temps mort demandé par Valérie GARNIER, c’est au contraire Mame Diodio DIOUF (10 points, 3 passes décisives) qui se chargeait de corser l’addition (3-13, 6′). Quelques instants plus tard, le public de l’Azur Arena poussait un grand “ouf !” de soulagement lorsque Valériane AYAYI (10 points, 4 rebonds) inscrivait deux lancers pour revenir -8, suivie dans ce même exercice par Sandrine GRUDA (7-13, 7′). Même si Helena CIAK (11 points à 71%) semblait très à l’aise dans la raquette, c’est bien le Sénégal qui était devant à la marque après 10 minutes de jeu (15-22, 10′).

Plus énergiques qu’en début de match, les Bleues donnaient tout pour réduire l’écart, par Alix DUCHET (2 points, 2 rebonds) notamment (20-24, 11′). L’adresse avait changé de camp puisqu’Helena CIAK permettait à l’équipe de France de revenir à 24-24 tandis que les Sénégalaises trouvaient la mire moins souvent que précédemment. Pour autant, c’était mal connaître Mame-Marie SY-DIOP et ses compatriotes que de penser qu’elles allaient donner le bâton pour se faire battre (24-28, 14′). Dès lors, les deux nations se regardaient les yeux dans les yeux. Mais face au manque de concentration tricolore, le Sénégal continuait de faire le travail pour compter 7 points d’avance à 2 minutes de la mi-temps (30-37). Et après un dernier panier inscrit par Valériane AYAYI, le score était de 32 à 37 à la pause.

Le public antibois et les téléspectateurs de RMC Sport 2 ont dû attendre un peu plus d’une minute pour voir la marque évoluer grâce à un lancer franc inscrit par Oumou Khairy SARR (3 points, 4 rebonds) pour donner 8 points d’avance au Sénégal (32-40, 21′). Même si les Bleues essayaient de mettre davantage d’agressivité défensive, elles ne parvenaient pas à éteindre l’incendie (35-43, 24′). Ce fut chose faite 3 minutes plus tard par l’intermédiaire de Diandra TCHATCHOUANG (2 points, 2 rebonds) pour revenir à -4 (41-45, 27′). C’est d’ailleurs avec désormais 3 points de retard que Sarah MICHEL (9 points, 4 rebonds) et les siennes achevaient le troisième quart-temps (45-48, 30′).

Preuve de ce regain d’énergie : les Françaises marquaient le premier panier du dernier quart par le biais de leur capitaine Endéné MIYEM (4 points, 5 rebonds), suivie par Valériane AYAYI pour permettre aux Bleues de passer devant pour la premier fois depuis le coup d’envoi (49-48, 32′). Qu’importe, Mame-Marie SY-DIOP inversait la tendance. S’en est suivi un sacré mano a mano de plusieurs minutes (51-51, 34′). Heureusement, Valériane AYAYI redonnait le sourire à ses troupes (53-51, 36′). Le money-time n’a cependant jamais aussi bien porté son nom puisque, même si Alexia CHARTEREAU (9 points, 6 rebonds) les Bleues semblaient avoir pris un ascendant psychologique à cet instant, bon courage à celle ou celui qui allait être capable de donner le nom du vainqueur de ce match. Pour mettre toutes les chances de son côté, Olivia EPOUPA (6 points, 3 interceptions) prenait les choses en mains et inscrivait des paniers importants ou distillait des passes qui allait permettre à ses copines de prendre un peu plus le large (59-51, 37′) après avoir volé quelques ballons cruciaux. Et en se mettant en mode “requins” (l’équipe masculine d’Antibes se prénomme “les Sharks”), les Françaises sont sur tous les ballons pour ne pas laisser leurs adversaires du soir remporter la première victoire de leur Histoire face à la France. Contrat rempli donc pour les filles de Valérie GARNIER qui, non sans mal, s’imposent mais qui ont pris ce samedi soir un nouvel avertissement sans frais.

Adsense
Adsense
Page generated in 0,986 seconds. Stats plugin by www.blog.ca