Pages
Adsense

NF1 poule A : La Tronche-Meylan et Voiron en playoffs, Monaco B. A. troisième

Share Button

Laure MERCIER et les Voironnaises sont qualifiées pour les playoffs © Basketfly.fr

 

Résultats de la journée 21 du 6 avril 2019 :

Voiron Feytiat 66-51
Lyon ASVEL F. espoir Villeurbanne 68-67
La Tronche-Meylan Roanne 82-76
Le Poinçonnet Annemasse 70-63
Colomiers Monaco B. A. 81-71
Brive Orthez 54-75

 

Classement :

1. La Tronche-Meylan 38Pts 21m
2. Voiron 38Pts 21m
3. Monaco B. A. 35Pts 21m
4. Feytiat 35Pts 21m
5. Roanne 33Pts 21m
6. Colomiers 33Pts 21m
7. Lyon ASVEL F. espoir 32Pts 21m
8. Le Poinçonnet 31Pts 21m
9. Orthez 31Pts 21m
10. ASVEL Villeurbanne 29Pts 21m
11. Annemasse 27Pts 21m
12. Brive 23Pts 21m

 

Pour l’avant-dernière journée de cette poule A, le Pays Voironnais B. C. recevait le Feytiat Basket 87. Après un temps d’observation qui devait durer cinq bonne minutes, ce sont les Feytiacoises qui les premières déclenchaient les hostilités. Malgré une bonne réaction des intérieurs iséroises, les filles de Cyril SICSIC menaient à l’issue des dix premières minutes (16-18, 10′). De nouveau, les spectateurs voironnais et les téléspectateurs de LSD assistaient au début du deuxième acte à un duel de haute intensité où les deux équipes se rendaient coup pour coup. Plus fortes à l’intérieur, les filles de Quentin BUFFARD arrivaient à faire un premier mini-break avant la pause 27-23.

Devant leur public, Margot JORET (7 points) et ses coéquipières prenaient feu dès la reprise : 10-2 en moins de trois minutes. Puis 11-6. Avec seulement sept joueuses, Caroline MISSETVILLEGER (13 points) et les siennes subissaient donc la dure loi de CHAUTARD dans ce troisième quart-temps.

Malgré un 0-7 en début de quatrième quart-temps, la coupe était pleine pour les visiteuses et les 13 points d’AWA NIANGANE n’y changeait rien. La défense feytiacoise subissait les assauts ininterrompus de l’attaque iséroise avec à la baguette la redoutable Laure MERCIER (6 points).

Après sa déconvenue du week-end dernier à Lyon (69-68), le PVBC remet les pendules à l’heure en gagnant le dernier choc de la poule A (66-51). Victoire synonyme de qualification pour les playoffs (ou phase 2 pour les puristes), les Iséroises sont actuellement deuxièmes, avec 3 points d’avance sur le troisième, j’ai nommé le Monaco Basket Association.

Non loin de là, le B.C la Tronche Meylan recevait les Pink Ladies du Roannais Basket Club. Les joueuses d’Olivier HIRSCH n’étaient pas venues dans la région pour faire des photos, même si comptablement elles n’avaient plus rien à espérer, accrocher le leader sur son parquet semblait suffire à leur bonheur. Malgré toutes ces bonnes intentions, Caroline BUCHET (4 points) et ses coéquipières étaient menées à l’issue du premier quart-temps.

Quelque peu crispées, Camille CIRGUE (19 points) et ses partenaires voyaient Ashley Beverly KELLEY (32 points) prendre littéralement feu à trois points et porter son équipe en tête à la pause 40-43.

Au retour des vestiaires, les deux équipes se rendaient coup pour coup, et malgré le soutien inconditionnel du public, Lena TIMERA (13 points) et ses coéquipières n’arrivaient pas à dépasser, et encore moins distancer, leur adversaire du soir (65-66, 30′).

L’intensité baissait d’un cran dans le dernier acte, et malgré une débauche d’énergie impressionnante, les Pink Ladies lâchaient peu à peu leur emprise sur le match pour finalement céder (82-76). Qualifiées également pour les playoffs, les filles de Mickaël CORTAY permettent à l’Isère de faire carton plein en qualifiant ses deux clubs pour la phase 2.

Un peu plus tôt dans l’après-midi, les Espoirs du Lyon ASVEL Féminin recevaient leurs voisines de l’ASVEL Villeurbanne. Lionnes contre Tigresses, le derby du Rhône sentait la poudre. Et dès le début du match, les Lionnes, sous l’impulsion de Coralie CHABRIER (20 points), prenaient le contrôle des débats. Fautives de trop nombreuses approximations, les Villeurbannaises étaient menées 21-17. Sans se décourager, les joueuses de Virginie KEVORKIAN mettaient enfin plus de rigueur en phase défensive et les coéquipières de Yanaelle DEVAUX (11 points) voyaient leur réussite s’effondrer avec seulement 9 petits points inscrits lors du second quart-temps. A la pause 29-31 tout était encore à faire dans ce match.

Tout feu, tout flamme au retour des vestiaires, Mathilde HERGOTT (27 points dont 21 à trois points) illuminant seule l’attaque villeurbannaise bien terne à ce moment du match. Et quand les Tigresses baissaient de régime, évidemment les Lionnes de Frédéric BERGER ne se privaient pas de leur faire boire le calice jusqu’à la lie. 49-44 à dix minutes du terme. Se rendant désormais coup pour coup, les deux équipes cherchaient le K. O. dans une partie de plus en plus débridée. S’offrant une possession pour la gagne, malheureusement pour elles non transformées, les Tigresses allaient finalement céder sur une ultime incursion lyonnaise. Gagnantes pour la deuxième fois consécutive sur le plus petit des écarts 68-67, les Lyonnaises malgré un préjudiciable trou d’air en milieu de saison, terminent la saison en boulet de canon et iront défier le Feytiat Basket 87 le week-end prochain. Malgré la défaite, Villeurbanne pouvait fêter son maintien en NF1 sur le court chemin de retour.

Des deux équipes qui s’affrontaient samedi soir à René PIQUEMAL, le Monaco Basket Association pouvait encore prétendre jouer les troubles-fête en tête de classement. Guillaume CORMONT et ses joueuses entamaient le match plein pot en prenant systématiquement les devants au score, ce à quoi les Monégasques emmenées par une Leslie FOURNIER (15 points) très entreprenante répondait. Après dix minutes, les deux équipes sont encore dos à dos au score (22-22, 10′). Puis Monaco, ayant compté jusqu’à dix points d’avance, 22-32 à la quatorzième minute, voyait Martine BARBA (28 points) et ses coéquipières revenir à hauteur. Plus tranchantes, les filles d’Olga TARASENKO s’offraient une bouffée d’oxygène : 40-45 avant de retourner aux vestiaires.

Plus vaillantes que jamais cette saison, les Columérines prenaient le match par le bon bout en infligeant un sévère mais justifié 19-7 à leur adversaire. Gagné principalement en défense, ce troisième quart-temps sonnait le glas des espoirs monégasques. 69-52 : la note était trop salée pour les Azuréennes, malgré un regain de réussite offensive, la victoire avait déjà choisi son camp. Nettement battues (81-71), Coralie MAGONI (6 points) et ses partenaires ont laissé leurs rêves de playoffs se briser en Occitanie. La fierté de pouvoir valider leur actuelle troisième place sera au cœur des débats le week-end prochain à Annemasse.

L’US Poinçonnet, pour la der de Yoann CABIOC’H à domicile, recevait l’Annemasse Basket Club. Et la soirée ne commençait pas sous les meilleurs hospices pour les Berrichonnes. Certainement soumises à un déroutant mélange de sentiments, Grace M’BAIKOUA (9 points) et ses partenaires ne parvenaient à rentrer dans le match : 11-22 après dix minutes de jeu. Leurs affaires allaient même empirées : 18-31 après quinze minutes de jeu. Grâce notamment au sursaut d’Anaïs DUMONT (9 points) et Léa PELLERIN (3 points) au tir longue distance, les Berrichonnes revenaient dans la partie juste avant la mi-temps. Côté Hautes-Savoyardes c’est principalement la polonaise du groupe Martyna Agatha KUDZIELA (27 points) qui s’était chargée de scorer à ce moment du match. Repartant aux vestiaires avec seulement quatre points de retard 31-35, les rouge et noir avaient évité le pire. De retour aux affaires, les intérieures Penda LY (17 points) et l’américaine Brianna WILSON (13 points) allaient apporter un nouveau souffle salvateur à leur équipe. Toute l’équipe portait sa contribution à une victoire 70-63 qui restera dans toutes les mémoires plus par les émotions procurées par le discours d’adieu de coach CABIOC’H que le contenu du jeu relégué, une fois n’est pas coutume, au second plan. Un match pour la huitième place attend les Berrichonnes le week-end prochain à Orthez.

Dernier match de cette poule A à Brive qui recevait les Magiciennes de l’U. S. Orthez. Après avoir emmené les Monégasques en prolongation il y a quinze jours (79-82 a.p.), ce match avait tout du piège pour les protégées de Paco LAULHE. Un coach averti en valant au moins deux, les Orthéziennes allaient, tout du moins le pensaient-elles, mettre la main sur le match dès les dix premières minutes (10-22, 10′). Mais encore une fois le scénario n’était pas écrit et Gaëlle SOURIGUES (16 points) et ses coéquipières allaient à leur tour infliger un sévère 20-7 à leurs hôtes très certainement surprises de subir pareil châtiment. Dans ce match un peu fou, le repos de la mi-temps permettaient également aux supporters de se remettre de leurs émotions.

Le troisième quart-temps, comme les deux précédents, ne suivait aucune logique puisque, de nouveau, les Orthéziennes se jouaient de leur adversaire : 11-20 soit 41-49. Cette fois-ci, Elodie GUILLENTEGUY (13 points) et ses copines n’allaient pas relâcher leur emprise sur le jeu. Le quatrième quart-temps n’était qu’une formalité pour des Magiciennes beaucoup plus réalistes que leur hôtes Brivistes. Au final la victoire 54-75 ne faisait que confirmer la belle fin de saison des Ortheziennes désormais proche de la huitième place du classement final.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense