Pages
Adsense

Les Bleues reviennent d’Espagne avec une deuxième victoire de suite

Share Button

Helena CIAK a fait parler sa taille et son expérience  face à Nogaye LO © NPhoto-Alberto NEVADO/FEB

 

Espagne France 58-65

 

Pas de round d’observation dans cette deuxième et dernière confrontation de la semaine puisqu’au bout de 4 secondes, après avoir perdu l’entre-deux, l’Espagne ouvre le score par 2 lancers francs réussis par l’ex-Berruyère Cristina OUVIÑA (12 points, 3 rebonds), heureusement effacés rapidement par deux lay-ups d’Helena CIAK (17 points à 73%) (2-4, 1′). Absente vendredi, Laura GIL (6 points, 5 rebonds) semblait revancharde et permettait à la Roja (qui était ce dimanche sans Laia PALAU ni Silvia DOMINGUEZ) de rester dans le coup mais là encore, les Bleues ne se reposaient pas sur leurs lauriers (4-7, 2′) et, encore mieux, faisaient déjouer, comme quelques jours plus tôt, leurs hôtes, obligeant Lucas MONDELO à recadrer ses troupes (4-12, 3′), qui devaient aujourd’hui composer sans Marta XARGAY, laissée au repos. Côté tricolore, Valériane VUKOSAVLJEVIC honorait sa 100ème sélection de bien belle manière (15 points, 5 rebonds) et contribuait à ce que son équipe franchisse pour la première fois la barre des 10 points (4-15, 5′). Grâce à une défense compacte des Françaises et d’un manque d’adresse et d’inspiration des Espagnoles (du moins, à cet instant), l’écart restait presque inchangé deux minutes plus tard (9-18, 7′). Sur la toute fin du premier quart-temps, tandis que Valérie GARNIER choisissait de faire jouer des “petites”, leurs vis-à-vis en profiter pour ajouter du rythme qui leur permettait de revenir dans le coup (12-18, 8′). Du coup,pour ajouter de la taille, Marième BADIANE (2 rebonds) revenait sur le parquet de Palencia. Et même en provoquant des fautes, Tamara ABALDE (6 points, 3 rebonds) tremblait à plusieurs reprises sur la ligne des lancers, laissant la France mener 13-20 à la fin du premier quart-temps.

Non utilisées vendredi, Marine FAUTHOUX (3 points, 1 passe décisive) et Marine JOHANNES (2 rebonds, 3 passes décisives) faisaient leur entrée sur le terrain au début du deuxième quart pour essayer de mettre un peu de fantaisie dans le jeu de l’équipe de France (16-23, 11′). En face, Nogaye LO (8 points à 75%) avait à coeur de bien suppléer Astou NDOUR dans la peinture (18-23, 13′), notamment en provoquant la défense des Bleues. Si bien que l’étau se resserrait de plus en plus entre les 2 nations (21-23, 14′). Car comme lors du match précédent, l’apport de Leonor RODRIGUEZ (12 points à 56%) était important pour l’Espagne puisque c’est elle qui permettait à son équipe de revenir à 23-23, suivie d’un lancer inscrit par Cristina OUVINA (qui, heureusement, n’était pas forcément très à l’aise dans cet exercice) pour redonner l’avantage aux siennes (24-23, 15′). Le doute et la frustration commençaient à s’installer dans les esprits des Bleues (29-25, 18′). Sur un panier de la capitaine française Endéné MIYEM (9 points, 4 rebonds) s’achevait la première période sur le score de 31 à 30 en faveur de l’Espagne.

Au retour sur le parquet, les 2 écuries se regardaient toujours les yeux dans les yeux mais à l’image d’Helena CIAK, les Françaises retrouvaient de l’entrain (33-37, 23′). La confiance avait de nouveau changé de camp… et on n’allait pas s’en plaindre ! Sur une faute antisportive de Laura GIL, Valériane VUKOSAVLJEVIC redonnait une nouvelle fois 10 points d’avance à la France, imitée par Bria HARTLEY (6 points dont 2/4 à 3 points) (37-50, 26′). A ce moment du match, les voyants étaient d’autant plus au vert pour les Bleues que, défensivement, elles faisaient preuve d’agressivité pour mettre l’Espagne encore plus dans le dur (40-54, 28′). Au terme d’un troisième quart-temps largement à leur avantage, Marine JOHANNES et ses copines avait pris une belle avance (40-54, 30′).

Sous l’impulsion de Magali MENDY (2 points, 3 rebonds), la France semblait dans son jardin alors qu’on s’approchait doucement de la fin de match (40-56, 31′). Seule ombre au tableau, la sortie d’Iliana RUPERT (2 points, 3 rebonds) après avoir reçu un coup dans l’abdomen. Il en fallait toutefois davantage pour entacher le moral tricolore (44-59, 33′). C’est en tout cas ce que l’on pouvait penser voire espérer. Mais côté espagnol, on avait envie de lâcher les chevaux (48-59, 35′). D’ailleurs, dans le money-time, Lucas MONDELO remettait en jeu l’explosive Leonor RODRIGUEZ, qui ne se faisait pas prier pour remettre son équipe sur le droit chemin (50-59, 36′). Le coaching du technicien catalan était payant et cette fin de partie ressemblait étrangement à celle de vendredi avec une Espagne qui sortait la tête de l’eau dans les 2 dernières minutes (56-61, 38′). De plus, la sortie d’Olivia EPOUPA (2 points, 2 rebonds) pour une cinquième faute personnel, qui était également la cinquième faute collective dans ce dernier quart, n’allait pas arranger nos affaires. Mais pour sonner la révolte, il fallait notamment sur un un duo Endéné MIYEM-Helena CIAK en grande forme. Obligées de commettre des fautes à leur tour pour arrêter le chronomètre, les Espagnoles voyaient les Françaises sceller le score et remporter leur deuxième match de suite outre-Pyrénées (58-65).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense