Pages
Adsense

Frédéric DUSART (Villeneuve d’Ascq) : “Il faut se remobiliser pour ce tour de classement face à Montpellier”

Share Button
Le coach de l’ESBVA-LM fait le bilan de la saison villeneuvoise © Thibaut LASSER
 
Avant que son équipe s’engage dans les matches de classement, Frédéric DUSART, le coach de Villeneuve d’Ascq, a accepté de répondre à nos questions.
 
Quel bilan tires-tu de votre saison régulière ?
Le bilan, globalement, est très positif sur ces 22 matches de saison régulière, avec une 3ème place qui n’était pas facilement accessible au vu de notre niveau en pré-saison et du niveau des concurrents. Cette saison valide un 5ème Top 4 consécutifs, du jamais vu pour notre club. Au vu des blessures (Virginie BREMONT 3 mois et demi, Johannah LEEDHAM 1 mois et demi, Mame-Marie SY-DIOP indisponible pour la fin de saison et Joyce COUSSEINS-SMITH en playoffs), ce classement final est satisfaisant pour nous. Ensuite, sur la linéarité de la saison, elle a été inverse à la saison passée. Notre collectif a pris rapidement, mais nous avons « sur-sollicité » certaines joueuses et l’avons ensuite payé en cette fin de saison avec des blessures et des baisses de régimes légitimes de joueuses cadres et une fraîcheur mentale impactée. L’erreur que j’ai peut-être commise aura été de ne pas faire assez tourner l’effectif en début de saison, mais nous gagnions des matches, étions premiers ex-aequo avec Bourges, et ce mode de management fonctionnait. Il me semblait difficile dans l’instant de casser la dynamique de certaines joueuses. J’aurais peut-être eu moins de blessées et de méformes mais aurions-nous gagné autant de matches ? Je ne sais pas. En Euroligue, nous sortons pour la troisième année consécutive des poules alors qu’on nous prédisait la dernière place du groupe. Puis, nous jouons Hatay sans Joey LEEDHAM en ratant notre premier quart-temps au retour. Je pense que c’était jouable.
 
Les playoffs sont-ils une déception ?
Oui évidemment. Nous avions deux fois le match en mains, menions de 15 voire 17 points puis nous nous effondrons je pense physiquement et mentalement. Tarbes a bien joué également. Il ne faut pas oublier qu’elles n’avaient qu’une défaite de plus que nous en fin de saison régulière. Les absences de Joyce COUSSEINS-SMITH et Mame-Marie SY-DIOP ont peut-être pesé mais elles font partie du jeu et des aléas d’une saison. Encore une fois, l’an dernier, nous récupérons l’intégralité de l’équipe avec des joueuses fraîches pour les playoffs. Cette saison, nous en perdons deux juste avant. Il faut maintenant se remobiliser pour ce tour de classement face à Montpellier qui est important étant donné l’incertitude qui existe sur le nombre de places européennes attribuées à la France.
 
Votre équipe et le staff a été victime de quelques critiques sur les réseaux sociaux. Cela vous a-t-il affecté ?
Il paraît en effet que nous avons essuyé de nombreuses remarques désobligeantes à la fois sur la loyauté de l’investissement de certaines joueuses partantes, sur le niveau de certaines joueuses et sur le mien. Je comprends la déception mais n’approuve pas la forme. Cela fait aussi partie du jeu et on ne peut pas empêcher certaines personnes d’exprimer leur mécontentement. Les réseaux sociaux sont le terrain d’expression le plus facile pour cela. C’est partout pareil et à tous les niveaux, dans tous les sports. Je sais par contre que la grande majorité des supporters a de l’empathie pour l’équipe et le club, et nous soutient. C’est le principal. Nous ne sommes pas devenus mauvais d’un seul coup. Le groupe et le staff sont investis et les premiers meurtris de cette fin de saison. Ces mécontents, je ne les connais pas, et ils sont en fait peu nombreux et ne sont qu’une exception. Ils ne doivent surtout pas masquer les supporters fidèles. Car, les vrais fans, en cas de souci ou de demandes d’explications, viennent nous voir sans étaler leur mécontentement. Les vrais supporters ne tirent pas sur l’ambulance et ne font pas preuve d’amnésie ; ils n’oublient pas que les joueuses et coaches que d’autres lynchent leur ont fait vivre de super moments cette saison encore. Pour les autres, le titre leur est peut être monté à la tête. N’oublions pas qu’il y a 6-7 ans, on jouait la 10ème place et qu’il y avait 900 personnes dans la salle. Nous, avec les joueuses, nous savons faire la part des choses et avec certaines anciennes nous savons d’où nous venons. Il faudra cependant que ces gens intègrent qu à l’avenir, avec les projets et recrutements que mettent en place Charleville, Bourges, Montpellier et Lyon, Villeneuve va devoir batailler avec ses armes pour exister en prétendant aux titres et qu’on aura besoin de leur soutien dans les bons et mauvais moments.
 
Justement, où en est votre recrutement ? Confirmes-tu les arrivées annoncées ?
Je laisse la cellule communication de mon club officialiser les arrivées et départs. Ce n’est pas de mon ressort. Mais il semble important de respecter les joueuses actuelles et aussi de protéger les futures qui jouent encore en compétitions pour certaines. Le recrutement avance. Comme je l’ai dit juste avant, il existe une concurrence très forte avec des clubs comme Lyon, Montpellier ou Bourges et même Charleville. Nous faisons le maximum avec l’équipe dirigeante pour construire la meilleure équipe possible. Bourges est une entité avérée et le développement de Lyon avec l’arrivée de Tony PARKER, de Montpellier avec Edwige LAWSON-WADE et de Charleville avec « les Flammes 2020 » donne à ces clubs une envergure supérieure. Il faut l’intégrer. Un exemple révélateur, nous passons de 6-7 internationales françaises en 2016/2017 à aucune la saison prochaine. Ce n’est pas faute d’en avoir contacté. Mais certaines sont sous contrat et d’autres ont préféré des projets sportifs et financiers qu’elles ont jugés plus attractifs. Il en est de même pour quelques unes des meilleures étrangères de notre championnat qui se sont engagées pour finir dans ces clubs. Le projet de concurrencer avec nos armes ces clubs au développement exponentiel et aux futurs effectifs impressionnants sera un challenge intéressant et excitant à relever. Ce sera un championnat à plusieurs vitesses. A nous de prendre la bonne. Mais avant de penser à cela, nous avons des confrontations très importantes face à Montpellier, qu il faudra bien négocier.
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense