Pages
Adsense

Philip MESTDAGH (Saint Amand) : “C’est un honneur et un vrai challenge de travailler pour un club comme Saint Amand”

Share Button

Philip MESTDAGH a répondu avec beaucoup de gentillesse à nos questions © LE SOIR 

Philip MESTDAGH, technicien Belge de Namur, mais aussi de l’équipe nationale Belge, les Belgian Cats, sera sur le banc de Saint Amand la saison prochaine, une info que nous avions évoquée ici même dès le 20 avril, et qui vient d’être officialisée par le club, le week-end dernier.

A l’aube de ce nouveau chapitre dans sa carrière, nous avons voulu faire le point avec lui sur la saison écoulée, sur la façon dont il envisage celle à venir à Saint Amand, mais aussi sur les échéances qui approchent pour les Belgian Cats. Rencontre.

 

Cette saison, vous étiez le coach de Namur, qui vient de décrocher un nouveau titre de Champion de Belgique dans des conditions très spéciales. Pouvez-vous nous donner votre sentiment sur cette fin de saison un peu particulière outre-quiévrain ?

C’était en effet une saison très particulière. Je suis arrivé à Namur à la fin du mois janvier. Ce n’était pas facile pour reconstruire l’équipe parce que j’y trouvais là des joueuses talentueuses mais sans motivation, une équipe qui était habituée à travailler sans règles, sans esprit d’équipe, … Mais on a travaillé très dur, on a été capables de relancer l’équipe dans le championnat et on était là à la fin de la saison. On a battu SKW 2-0 en demi-finale des playoffs. On était prêts pour la finale, en pleine confiance. Mais ce qui a été dommage, c’est que l’équipe de Braine a dû être mise en quarantaine à cause de cas positifs COVID. Le plus dommage, c’est qu’on n’aura jamais eu la chance de démontrer sur le terrain qu’on est meilleurs que Castors Braine. Après, le protocole, tout le monde le connaissait avant de commencer les playoffs,  tout était vraiment super clair : Namur est redevenu champion !!! C’est un titre spécial, et je préfère nettement le gagner sur le terrain, mais c’est un titre normal au regard du contexte et des règles fixées.

 

Saint Amand, qui vient de vivre une saison compliquée, a officialisé ce week-end votre arrivée comme coach en 2021/2022. Qu’est-ce qui vous a décidé à passer la frontière, et à relever le défi amandinois ?

J’ai toujours été en contact avec le basket féminin dans le nord de la France. A Valenciennes, où Ann WAUTERS jouait à l’époque, ma femme et moi allions régulièrement voir des matchs avec nos enfants. Il y a donc toujours eu un lien. Pour moi, c’est un honneur et un vrai challenge de travailler pour un club comme Saint-Amand, un club qui a su garder une ossature familiale.

 

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur les contours de l’effectif que vous aurez à votre disposition ?

Cette période de l’année est une période très importante car nous commençons maintenant à nous préparer pour la prochaine saison. La préparation est presque finalisée et nous finalisons maintenant la composition de l’équipe. Nous n’avons peut-être pas le plus gros budget, mais nous faisons très attention à qui nous signons. Bien sûr, nous voulons signer des joueuses talentueuses, mais la mentalité et l’attitude seront également des paramètres très importants pour moi.

 

Quelles seront vos ambitions, cette saison, en venant à St Amand ?

Faire mieux que cette saison, c’est une évidence !!… Et pourquoi pas le top 8 ?… Mais avant toute chose, on doit garder les pieds sur terre et construire l’équipe étape par étape.

 

Que pensez-vous de la LFB ?

Pour moi, le LFB est l’une des compétitions les plus fortes d’Europe : elle est très bien structurée et organisée, et c’est une compétition avec des équipes de haut niveau, très fortes, qui participent à l’Euroligue… mais les autres équipes peuvent parfois créer la surprise en battant une équipe du haut de tableau de temps en temps. Tous les matches doivent donc être joués à fond !!

 

Pour terminer, coach de l’équipe nationale Belge, vous allez vivre un gros été avec l’Euro puis les JO de Tokyo. Quelles y seront vos ambitions ?

Avec les Belgian Cats, nous abordons l’été avec des objectifs réalistes. A l’Euro, nous voulons gagner notre groupe du premier tour afin de jouer les quarts de finale dans un format idéal. Ensuite, nous verrons. Aux J. O., nous voulons aller en quarts de finale. Une fois là, tout est possible. Nous verrons bien !!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense