Pages
Adsense

Aurélie LOPEZ (Reims) : “Aujourd’hui, mes priorités sont différentes”

Share Button

Aurélie LOPEZ va diriger ses derniers matches sur le banc de Reims © Reims Basket Féminin

 

Au lendemain de l’annonce de sa fin de carrière de coach, Aurélie LOPEZ a eu la gentillesse de répondre à notre question pour revenir sur son parcours mais aussi sur ce qui attend son équipe de Reims pour la fin de la saison.

 

Hier, nous avons annoncé votre départ de Reims à la fin de la saison actuelle. Pouvez-vous nous expliquer ce choix ?

 Je ne quitte pas uniquement Reims mais j’arrête de coacher. Je fais une priorité sur ma vie personnelle. Ca fait 17 ans non-stop que je me consacre au basket. Aujourd’hui, mes priorités sont différentes. Je rentre à la maison pour retrouver mon compagnon et ma famille.

 

Dès lors, quels sont vos projets ?

Professionnellement, ça ne sera plus dans le milieu du basket. J’ai quelques projets de reconversion mais pour l’instant, rien n’est défini. J’ai vraiment envie de me concentrer sur ma fin de saison. Je prendrai le temps en rentrant pour approfondir les choses. Sur un plan plus personnel, on a envie de fonder une famille, de prendre le temps avec les gens que j’aime.

 

Revenons quelques années en arrière. En 2014, alors que l’EBPLO venait de finir troisième du Final Four de Ligue 2, le club annonçait son retrait du niveau national. Comment avez-vous vécu cette décision ?

Je n’avais pas forcément vécu ça d’une manière très joyeuse, de même pour les joueuses, les entraîneurs et tous les gens du club. On venait de finir sur 2 saisons où l’on avait atteint le Final Four avec une médaille de bronze la dernière année. Il y avait quand même la place pour faire perdurer une équipe de fille de l’Elan Béarnais à ce niveau-là. Les choix des dirigeants palois n’ont pas été ceux-là. Ca a vraiment été difficile parce qu’on avait construit quelque chose d’important, pour la ville de Mourenx aussi. Ca n’a pas été facile mais il a fallu rebondir pour trouver un nouveau projet.

 

Malgré tout, quels sont vos meilleurs souvenirs là-bas, d’abord en tant que joueuse puis assistante et enfin coach ?

En tant que joueuse, quand j’étais très jeune, il y a eu le titre régional dans les mythiques arènes de Pomarez (Landes). Quand on est un peu basketteur et encore plus dans le Sud-Ouest, c’est quelque chose d’important ! Ensuite, il y a eu toutes les montées successives, de la NF3 à la Ligue Féminine. Forcément ç’a été une aventure humaine exceptionnelle.

Les deux sont liés parce que cette aventure-là, elle est due à l’arrivée de Valéry DEMORY, qui a fait grandir le club. Je suis devenue son assistante par la suite. Aujourd’hui, je peux dire que c’est vraiment mon mentor. Il m’a pris sous son aile, il avait compris que le métier d’entraîneur était ma priorité. J’avais la chance de rencontrer la bonne personne, qui plus était chez moi. Que des bons souvenirs !

Quand j’ai repris l’équipe en NF3 lors de la disparition du Mourenx Basket Club, on a eu un titre de championnes de France NF3 (2008-2009). L’année suivante, celui de vice-championnes de France NF2. Là aussi, c’était une aventure humaine fantastique. On monte en Ligue 2, qui venait d’être crée. La saison d’après, on redescend mais ce fut quelque chose d’intéressant dans l’apprentissage et en termes d’expérience. Dans la foulée, on est championnes de France NF1 et on remonte en Ligue 2. Et donc lors des deux dernières années de Ligue 2, on joue le Final Four.

J’ai eu la chance de vivre des saisons sportives et humaines fantastiques lors de mon passage à Mourenx, c’est difficile d’oublier tout ça !

 

Avant la saison 2014-2015, vous vous êtes engagée avec Reims. Pourquoi ce choix ?

Le club de Reims s’est déplacé par le biais de son ancien président Bernard EIBEL et de son président actuel Philippe SAURET pour me présenter le projet. J’ai vraiment eu un bon feeling humain. Je sentais qu’ils souhaitaient vraiment ma venue et moi je sentais qu’il y avait quelque chose à faire. C’est important pour moi que le feeling passe bien avec les personnes, c’est pour cela que j’ai choisi Reims rapidement et je ne le regrette pas aujourd’hui.

 

Quel bilan faites-vous de ces 3 saisons sur le banc rémois ?

Il est positif. On a progressé d’année en année. J’ai essayé de mettre en place ma patte sur l’équipe, mes valeurs. Aujourd’hui, ce que l’équipe dégage me ressemble. J’ai un groupe qui va au combat, très solidaire. Elles ont mis l’équipe au centre du projet, c’est important pour moi. C’était la bonne année pour finir parce que je prends beaucoup de plaisir avec ce groupe-là parce qu’il est ambitieux, travailleur. J’espère qu’on finira bien la saison.

 

Votre équipe est actuellement 5ème de la saison régulière. Un mois avant d’aborder les playoffs, quel est l’objectif affiché ?

L’objectif est d’être en playoffs ! Plus on sera haut, mieux ce sera. Le but serait d’être dans les 4 premiers. Aujourd’hui, ce n’est pas fini mais ce sera compliqué. Pour les playoffs, tout sera jouable, les cartes vont être rebattues. Ca va être un rythme différent, on jouera tous les 3 jours. Les phases finales, c’est aussi une dynamique et un état d’esprit différents. D’abord, terminons bien le championnat, il nous reste 4 matches difficiles, dont un qui arrive samedi contre Aulnoye-Aymeries. Il faut prendre les matches les uns après les autres et on se projettera sur les playoffs un petit peu plus tard.

 

Votre capitaine Lindsay GONZALEZ et votre Président Philippe SAURET n’ont pas tari d’éloges à votre égard. Quelles valeurs pensez-vous avoir transmises à vos joueuses tout au long de votre carrière de coach ?

De la sincérité mais aussi de l’humain et du travail. Je suis un coach à l’écoute de mes joueuses. Mais il faut que ça aille dans les 2 sens. Ensuite, sur le terrain, je suis quelqu’un de très exigeant et très dur, c’est pour faire progresser la joueuse et l’équipe.

Je lis un petit peu ce que les gens disent et notamment mon Président. Ca fait chaud au coeur parce qu’on se dit que le travail qui a été fait est positif. On ne s’imagine pas tout ça mais ça me va droit au coeur et ça explique aussi que je ne regrette pas d’être venue à Reims. Je n’ai passé que 3 ans ici mais j’ai l’impression d’être un petit peu à la maison, ça résume mes 3 années.

 

As-tu un message à faire passer à des gens en particulier ?

Je remercie les différents présidents qui m’on fait confiance, dirigeants et bénévoles, Valéry DEMORY, mes assistants qui m’ont aidé et supporté (rires) et bien sûr toutes mes joueuses !! Merci à tous !

 

Eh bien c’est à notre tour de vous remercier Aurélie pour votre disponibilité et vous féliciter à nouveau pour ce beau parcours, que ce soit en tant que joueuse ou coach !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense