Pages
Adsense

Adèle RAVELEAU (Pays Rochelais 17) : “On ne peut pas considérer cette saison comme un échec !”

Share Button

La jeune ailière est revenue sur sa saison avec le Pays Rochelais 17 © Julien CHAUVET

 

Adèle RAVELEAU n’a que 20 ans mais possède déjà un palmarès et une maturité impressionnante pour son âge. Celle qui était capitaine de la génération dorée du centre de formation du NRB (Amandine MICHAUD, Camille LENGLET, Pauline DESBOIS…) revient pour nous sur son début de carrière et sa première saison au sein du Pays Rochelais 17.

 

Adèle, tu es passée par le centre de formation du NRB où tu as remporté de nombreux titres (championne de France Espoirs et UNSS, championne du monde UNSS) et vécu des moments très forts, deux ans après l’avoir quitté, que reste-t-il de ces années ?

En effet, j’ai passé 4 ans au centre de formation du NRB et j’en ai retiré énormément de positif. J’ai beaucoup grandi dans cette structure et je suis très reconnaissante envers tout le staff et toutes les joueuses que j’ai connu pendant cette période et qui m’ont beaucoup aidé. C’est vrai que pendant ces 4 saisons, j’ai vécu des moments inoubliables, et aujourd’hui je n’oublie rien. Une partie de moi est toujours dans ce club même deux ans après. Je me suis construite et j’ai aussi construit une vraie famille dans ce club. D’ailleurs, je pense que n’importe quelle joueuse passée par le NRB dirait exactement la même chose.

 

 

Caroline AUBERT s’est reconvertie après sa carrière de joueuse en tant qu’entraîneur et intervient sur le centre de formation du NRB. Que retiens-tu de votre collaboration et que t’a t’elle apporté ?

Concernant Caro, je pense que sa reconversion en tant qu’entraîneur est un succès et d’ailleurs on lui doit notre titre de championne du monde. Même avec un petit garçon dans le ventre, prêt à sortir, elle nous a amené jusqu’à la finale et nous a fait gagner ce titre. Selon moi, elle représente une réelle plus-value en tant que coach. Elle est très compréhensive car elle a vécu énormément de choses pendant sa carrière. Personnellement, elle m’a appris beaucoup, tant au niveau basket qu’humain et m’a fait confiance, je lui en suis donc très reconnaissante.

 

 

 

Cette saison, tu évoluais au Pays Rochelais 17 après une saison avec l’équipe 2 du CSP Rezé, comment juges-tu ta première saison au sein d’une équipe première à titre individuel ?

Ma saison à l’ABPR17 s’est super bien passée. Les filles, le staff et les dirigeants m’ont tout de suite très bien intégrée et m’ont fait confiance. En début d’année, je m’étais engagée pour jouer avec l’équipe évoluant en pré-national et à faire les entraînements avec la NF1, puis on m’a laissé faire mes preuves sur le terrain. Mes études me prennent beaucoup de temps et mon double projet est essentiel dans ma vie. J’ai énormément besoin de cette balance entre études et basket et les dirigeants l’ont bien compris. J’ai donc eu la chance de jouer avec les filles de l’équipe 1 à de nombreuses reprises. Mes premiers pas sur le terrain avec cette équipe ont bien sûr été différents des autres années mais j’ai adoré découvrir le niveau. Au fur et à mesure des matchs, mon niveau de confiance a augmenté et j’ai commencé à comprendre quelles étaient les exigences et à quel niveau je devais placer mon jeu.

 

 

Dans une poule B très homogène, vous terminez dans la seconde partie de tableau alors que l’année dernière, le club avait joué les phases finales. Avez-vous considéré cette saison comme un échec ?

Concernant les objectifs collectifs sportifs, on ne peut pas considérer cette saison comme un échec. Les années défilent et ne se ressemblent pas. Le groupe était différent et les autres équipes de la poule aussi. Je pense que vu que les filles avaient joué les phases finales l’année dernière, l’ensemble des équipes nous attendaient au tournant. Néanmoins, nous n’avons pas été ridicules, nous avons été présentes quand il le fallait !

 

 

Quels sont tes ambitions (collectives et individuelles) pour les années à venir ?

J’ai pour ambition de réussir mon Master et de valider mon diplôme tout en prenant du plaisir en jouant au basket. Comme je l’ai dit précédemment, l’important pour moi est de garder le bon équilibre entre le basket et le scolaire. Après, bien sûr, il est aussi important de faire une bonne saison collective et individuelle à l’ABPR17. Pour cela, il va falloir que je sois encore plus exigeante envers moi-même et que collectivement, nous construisions un nouveau groupe avec du basket et de l’envie plein la tête.

 

Merci pour ta disponibilité, Adèle !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense