Pages
Adsense

Euro 2019 : Sans trembler, l’Espagne se qualifie pour le dernier carré

Share Button

A l’image d’Astou NDOUR, l’Espagne était injouable © FIBA

 

Espagne Russie 78-54

 

Ce véritable choc des quarts de finale a mis du temps à se mettre en marche tellement les 2 écuries se sont observées dans les premières minutes. Il a ainsi fallu attendre une minute et trente secondes avant de voir Astou NDOUR (24 points, 12 rebonds) ouvrir la marque pour l’Espagne mais Anastasia SHILOVA (6 points dont 2/4 à 3 points) ne tardait pas à lui répondre à l’extérieur de la raquette (2-3, 2′). Puis, l’Espagne a réussi à créer un tout petit écart mais ce n’était que le début de la partie (10-5, 5′). Face à la réussite de la Roja, Olaf LANGE était contraint de rappeler ses troupes pour prêcher la bonne parole et réparer la panne d’adresse de la Russie (15-9, 7′). Au courage et en essayant d’imposer leur domination dans la peinture, Anna LESHKOVTSEVA (4 points, 2 rebonds) et ses copines parvenaient à revenir dans le coup (16-13, 8′). Et c’est finalement sur le score assez élevé de 19 à 16 que s’achevait le premier quart-temps.

Au début du deuxième quart, l’Espagne ne baissait pas le rythme (25-19, 14′). Bien que soutenues par le Président de leur Fédération, un certain Andreï KIRILENKO (ancienne star NBA), les Russes ne parvenaient que trop rarement à trouver la faille dans la défense adverse (28-21, 15′), surtout que la 3ème faute personnelle de Natalia VIERU (7 points, 4 rebonds) à 5 minutes de la mi-temps n’arrangeait pas leurs affaires. Si bien que malgré l’apport de Zhosselina MAIGA (4 points, 1 rebond) et, bien évidemment, de Maria VADEEVA (6 points, 10 rebonds) dans la peinture, Marta XARGAY (11 points à 50%) et ses “compañeras” (comprenez “camarades”) corsaient encore davantage une addition qui était déjà assez salée (38-25, 19′). Et au moment de revenir aux vestiaires, la marque était de 44 à 28 pour une Espagne qui se croyait dans son jardin.

Il n’a fallu que quelques secondes pour que les protégées de Lucas MONDELO franchissent un nouveau cap, celui des 20 points d’avance, rapidement effacé par Kseniia LEVCHENKO (8 points, 6 interceptions) et ses troupes (50-33, 23′). Après avoir sans doute reçu une soufflante durant la pause, les Russes essayaient de faire meilleure figure qu’en première période mais elles n’arrivaient pas à contrecarrer les plans ibères (56-35, 25′) puisque la Roja était au four et au moulin. Depuis bien longtemps, il n’y avait qu’une seule équipe sur le terrain de la Belgrade Arena et le score du troisième quart-temps était là pour en témoigner même si les Russes revenaient à -16 avant le buzzer (61-45, 30′).

A l’entame du dernier quart, la Russie jouait son va-tout ! Le retour aux affaires de Natalia VIERU faisait d’ailleurs énormément de bien aux joueuses d’Olaf LANGE même si, en face, quand ce n’était pas sous le cercle, c’était à 3 points qu’Astou NDOUR enquillait (66-47, 33′). D’autant qu’en s’appuyant sur les offrandes de l’expérimentée Laia PALAU (8 points, 4 passes décisives), la jeune intérieure se régalait (69-49, 35′). Et au terme de nombreuses avalanches orchestrées notamment par Anna CRUZ (7 points, 8 rebonds), les tenantes du titre décrochaient victoire largement méritée (78-54) face à des Russes, il faut le reconnaître, assez décevantes et qui, à l’exception du premier quart-temps, n’ont pas su rivaliser. Seule ombre au tableau espagnol, la sortie sur blessure (cheville) de Laura NICHOLLS (11 points, 7 rebonds) à quelques secondes de la fin.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Adsense